Succombez à nos thés fruités au parfum fruits rouges

Le parfum des feuilles de thé s’accorde à merveille avec les saveurs gourmandes de fruits rouges comme les petits fruits (sureau, framboise), les fruits des bois (myrtille, fraise des bois…), avec les saveurs juteuses des fruits juteux à noyaux (pêche, mangue), les saveurs zestées et pétillantes des agrumes (citron, orange, bergamote, yuzu), sans oublier les saveurs intenses des fruits exotique (passion, maracuja)….

On pense tout de suite à la pêche et à l’abricot, nos fruits préférés, notre thé blanc préféré à la saveur incomparable… Ces délicieux fruits du verger sont associés à l’été, aux déjeuners sous la tonnelle, aux pique-niques ensoleillés, aux vacances en Provence (Jean Giono dans Colline écrivait « On peut regarder le soleil; il est rond et roux comme un abricot »).

À chair jaune, blanche ou rouge, juteux, savoureux, croquants ou fondants, sucrés ou acidulés, subtils ou intenses, aromatiques, sublimes, charnus, veloutés, mouchetés, piquetés de taches de rousseur…

Mais connaissez-vous l’origine de la pêche et de l’abricot ?

Même si l’abricot et la pêche ont été baptisés respectivement Prunus Armeniaca et Prunus Persica, on trouve en Asie et notamment en Chine des pêchers et des abricotiers sauvages depuis des millénaires, notamment dans les montagnes des Tian Shan.

En fait, la pêche et l’abricot auraient été introduits par Alexandre Le Grand en Perse par la route de la soie (route située en contrebas de la face sud des montagnes Tian Shan). C'est donc à travers un grand périple que le pêcher et l'abricotier sont arrivés jusqu'à nos vergers !

Le pêche et la jeunesse éternelle

Des noyaux de pêche trouvés dans la vallée du fleuve Yang-Tsé ont démontré que les pêchers auraient été domestiqués en Chine il y a déjà 7 500 ans ! D’ailleurs, en Chine, la pêche occupe une place importante dans la mythologie et dans la tradition taoïste, elle est le symbole de l’immortalité.

Dans la mythologie, il est raconté que les pêches poussaient dans un verger de 3600 pêchers appartenant à la reine Xiwangmu. Ces pêchers ne fleurissent que tous les 3000 ans. Quand cela se produisit, la reine invita les dieux à ces agapes, qui mangèrent les pêches et eurent la jeunesse éternelle et l’immortalité !

En raison de cette légende, les pêches et les fleurs de pêchers sont des motifs très appréciés, on les retrouve sur des très anciennes théières ou des tasses.

Les pêches sont incontestablement liées aux anniversaires où l’on confectionne toujours un petit gâteau en forme de pêche, fourré de graines de lotus.

On offre aussi aux jeunes mariés des pêches pour leur porter chance, bonheur et fécondité.

On dispose encore lors de la fête du printemps des fleurs de pêchers dans les maisons pour porter chance en amour et bonheur.

L'abricot, la fleur de la médecine chinoise

Quant à l’abricot, c’est le botaniste Carl Von Linné qui baptisa l’abricot Prunus Armeniaca en pensant à une origine arménienne alors qu’il était originaire de Chine et qu’il était utilisé en médecine depuis des millénaires !

Confucius aurait même enseigné sous l’ombre d’un abricotier. On raconte aussi que Dong Feng, célèbre médecin taoïste chinois, né en 169, demandait à ses patients guéris de planter des abricotiers. Peut-être est-ce pour cela que la fleur d’abricotier est également considérée comme «la fleur de la médecine traditionnelle chinoise».

Dans la vallée Xinghuagou appelée « vallée de fleurs d'abricotier », proche de la frontière du Kazakhstan, on peut découvrir au printemps de magnifiques paysages d’abricotiers sauvages, héritage des temps anciens où les premiers abricotiers poussaient en Chine.

Shi Jing – Le Canon des Poèmes

Le plus ancien recueil connu de poésie chinoise, plus de trois cents chansons, odes et hymnes.

Le pêcher, comme il pousse bien ! Qu'elles sont nombreuses, ses fleurs !

La fille va se marier : il faut qu'on soit femme et mari !

Le pêcher, comme il pousse bien ! Qu'ils ont d'abondance, ses fruits !

La fille va se marier : il faut qu'on soit mari et femme !

Le pêcher, comme il pousse bien ! Son feuillage, quelle richesse !

La fille va se marier : il faut que l'on soit un ménage !

.