Thé blanc bio

Blanc impérial

Thé blanc bio d'exception issu de la première récolte de printemps au Fujian. Ce thé bio BAI MU DAN contient une très grande proportion de bourgeons duveteux qui offrent une saveur d’une grande finesse, florale, veloutée et végétale.

12,95 €
Expédié sous 2 à 3 jours
En stock

LIVRAISON GRATUITE à partir de 35 €

4 échantillons offerts à partir de 25 €

Dosage
Dosage
2 cc/250 ml
Temps d'infusion
Temps d'infusion
4-5 minutes
Température
70°C
Moment de la journée
Moment de la journée
Toute la journée

Dans le Fujian dans le comté de Fuding, sur les pentes du mont Taimu, les cueillettes fines et impériales du BAI MU DAN (dont le nom et la forme de ses feuilles évoquent la pivoine blanche) consistent à ne prélever que le bourgeon et les deux feuilles qui l’entourent (les chinois appelent cette opération les trois blancs : SAN BAI), les feuilles et les bourgeons étant recouverts d’un fin duvet blanc.

Bai Mu Dan

Ensuite, sa préparation se limite uniquement à deux opérations : le flétrissage immédiatement après la cueillette et le séchage très lent à température douce. Le thé blanc n’est ni torréfie, ni roulé. Il offre une liqueur noble couleur paille rosée et une saveur d’une délicatesse incroyable, florale, veloutée et végétale.

YINZHEN BAIHAO

Les bourgeons de thé blanc appelés Yinzhen Baihao contiennent toute l’énergie vitale du théier. Récoltés avant leur éclosion, ils conservent toute leur pureté et leur force, d’où leur grande richesse en antioxydants. Leur léger duvet les protège des agressions extérieures et notamment du froid.

BIENFAITS

Reconnu par la médecine chinoise, le thé blanc aide à éliminer les toxines, il est aussi très riche en antioxydants et notamment en polyphénols grâce à sa grande proportion de bourgeons.

Conseils

Le Bai Mu Dan est un thé vivant car il est très peu oxydé, il continue donc à évoluer, sa saveur se bonifie avec le temps. Il peut se conserver, dans de bonne condition, très longtemps. Ce thé necessite une infusion plus longue que le thé vert ou noir, dans une eau suffisamment chaude (mais pas à ébullition) afin d’en extraire tous les sucs aromatiques.