Grandes traditions

Comme de véritables parfums de voyage, une sélection de thés bio inspirés de recettes traditionnelles rapportées des 4 coins du monde, là où le thé est un rituel d’hospitalité et de convivialité exceptionnelle !

service de thé

L’hospitalité valeur fondamentale de toutes les cultures

Le mot « hospitalité » vient du latin « hospitem » (hôte) qui a une parenté étymologique avec « hostis » (ennemi) qui signifie à la fois l’hôte (celui qui invite ou celui qui est reçu) et l’ennem.

Ainsi, l’hôte n’est pas très loin de l’adversaire. Deux lettres seulement séparent l’hospitalité et l’hostilité, comment mieux rendre compte à quel point on peut vite basculer d’ami à ennemi, à quel point dans les croyances s’aventurer chez l’autre peut sembler risqué !

Depuis les origines, les civilisations ont fait de l’hospitalité un devoir divin pour lutter contre l’hostilité.

Zeus, Yahve, Mahommet et Jesus concordent sur l’accueil que l’on doit à l’étranger, à l’autre, à l’inconnu.

dégustation thé

Le thé de l’hospitalité

Recevoir l’hôte avec chaleur, générosité, avec des codes propres à chaque culture est, dans beaucoup de pays, symbolisé par le geste du thé. Le thé fait partie des premiers gestes et mots invitant à l’hospitalité.

L’hôte invite le visiteur à rentrer, à s’assoir. Il lui sert un thé, qui souvent attendait sur le coin du poêle ou dans la théière ou même dans la bouteille thermos. C’est un moment de partage et de convivialité. C’est l’occasion d’une pause, d’un temps pour préparer la discussion, pour chercher ses mots, pour se recueillir. On peut profiter du silence, sans gêne, pendant la préparation et la dégustation, le temps s’arrête, on peut observer sans indiscrétion son hôte, le décor de la pièce, les petits détails de la vaisselle, les photos sur les murs…

Ce temps d’apprivoisement brise l’hostilité, fait de l’inconnu une « connaissance » libérant alors tous les possibles de la relation.

Ces premiers instants autour d’un thé sont l’embryon d’un partage, d’une relation à naitre. Un moment de chaleur, le bonheur de faire connaissance, de découvrir d’autres cultures…

Thé, tea, chaï, çay, thay, thee, trà, chà, tee….autour du monde, les mots sont différents… À peine, mais la plante est la même, seules les traditions la transforment pour en faire un objet de civilisation.

Blanc, vert, bleu-vert, noir, rehaussé d’épices, d’agrumes, de fruits, de fleurs, infusé dans de l’eau ou du lait, le thé reste précieux car chacun connait le prix de l’effort pour le cultiver et le récolter à la main, feuille après feuille. Accepter l’hospitalité, le partage et la découverte de l’autre, c’est faire preuve de curiosité. « Entre, mange, et ensuite du nous diras qui tu es, d’où tu viens et qui sont tes parents », telle est la tradition homérique.

Si les codes de l’hospitalité peuvent varier d’une culture à une autre, le thé est le geste de l’hospitalité commun à beaucoup de cultures, un geste qui va au-delà de l’accueil, proposer un thé est un acte de respect et de bienveillance.

Les thés de l’hospitalité dans le monde

On connait le légendaire thé touareg à la menthe offert au visiteur, mais il y a aussi le thé aux épices offert en Inde, le thé à la fleur de jasmin en Chine et au Vietnam, le thé à la cannelle au Sri Lanka, le thé vert au riz soufflé au Japon… Innombrables sont les recettes ancestrales des thés de l’hospitalité dans le monde qui font qu’un invité se sent accueilli avec respect et joie.

Mais, le meilleur thé est souvent celui qui a laissé le plus beau souvenir de ces premiers instants de rencontre, la chaleur de ce moment où le temps s’arrête, le bien-être qui s’installe, la complicité qui surgit…

Terre d’Oc et les thés de l’hospitalité

Partez au bout du monde et savourez nos 12 thés bio de l’hospitalité. Thés blancs de Chine, thés verts du Japon, thés noirs d’Inde, rooibos d’Afrique inspirés des traditions ancestrale Découvrez nos coffrets : Découverte des thés de l’hospitalité. 

thé japon

« Primo, c’est l’eau, secundo, le thé, tertio, les tasses, quarto, la théière et quinto, les invités ».

Proverbe vietnamien.